Non scordiamoci un solo momento della presenza di Dio.
Mercoledì, 24 Aprile 2019
13 Luglio 2010
Mons. Raymond Ahoua: notizia e intervista (FR IT ES PT EN)

Pubblichiamo l’ intervista del Vescovo novello Mons. Raymond Ahoua alla rivista Diocesana .


L’ordinazione episcopale del Vescovo di Grand Bassam, Mons. Raymond Ahoua, FDP

Grand Bassam (Agenzia Fides) - Domenica 4 luglio, il Nunzio Apostolico Mons. Ambrose Madtha ha ordinato il nuovo Vescovo della diocesi di Grand Bassam, Mons. Raymond Ahoua, della Congregazione dei Figli della Provvidenza (Don Orione). I due co-consacranti sono stati Mons. Paul Dacoury-Tabley, Vescovo emerito di Grand Bassam, e Mons. Giovanni D'Ercole, Vescovo Ausiliare de L'Aquila. La solenne liturgia, alla presenza del Cardinale Bernard Agré, Arcivescovo emerito di Abidjan, ha visto la partecipazione di 23 Vescovi venuti dal Paese, dal Burkina Faso e dall'Italia.
Secondo le informazioni inviate all’Agenzia Fides, il rito é stato celebrato all’aperto, sul campo dove sorgerà la nuova Cattedrale dedicata allo Spirito Santo. Il luogo era gremito da una folla di oltre 11 mila persone, inclusi circa 200 sacerdoti concelebranti tra cui Don Flavio Peloso, Direttore Generale della stessa Congregazione del nuovo Vescovo, fondata da San Luigi Orione. Erano presenti anche le autorità politiche locali.
Durante l'omelia, il Nunzio Apostolico si è soffermato sulle letture della 14a domenica del Tempo Ordinario e sul ministero dei 70 discepoli chiamati a continuare la missione di Gesù, portando pace al popolo. Mons. Madtha, esprimendo la propria gioia per l'ordinazione e l’insediamento del terzo Vescovo della diocesi, nel luogo dove ha avuto inizio 116 anni fa l'evangelizzazione della Costa d'Avorio, ha spiegato il ministero del Vescovo e la sua posizione nella Chiesa. Ha chiesto ai presenti di pregare per il loro Vescovo nelle lingue Abouré, Agni e N'zima.
Al termine del rito, durato 4 ore e mezzo, il Nunzio Apostolico ha voluto ringraziare Mons. Paul Dacoury-Tabely per aver guidato per oltre 15 anni la diocesi, e ha espresso la sua gratitudine a Mons. D'Ercole per il suo ministero missionario svolto nella terra ivoriana per 8 anni. Il nuovo vescovo nel suo intervento finale ha ringraziato tutti, particolarmente il Santo Padre e la Congregazione per l'Evangelizzazione dei Popoli per la fiducia riposta in lui, ed ha assicurato che la missione dell'evangelizzazione continuerà nella diocesi con rinnovato zelo e dedizione.


AFRICA/IVORY COAST - Episcopal ordination of Bishop Mons. Raymond Ahoua, FDP for Grand Bassam

Grand Bassam (Agenzia Fides) – On Sunday, July 4, the Apostolic Nuncio Archbishop Ambrose Madtha ordained the new Bishop of the Diocese of Grand Bassam, Bishop Raymond Ahoua, of the Congregation of the Sons of Providence (Don Orione). The two co-consecrating bishops were Bishop Paul Dacoury-Tabley, Bishop Emeritus of Grand Bassam, and Bishop Giovanni D'Ercole, Auxiliary Bishop of L'Aquila.
The solemn liturgy, in the presence of Cardinal Bernard Agre, Archbishop Emeritus of Abidjan, was attended by 23 bishops from all over the country, Burkina Faso, and Italy. According to information sent to Fides, the ceremony was held outdoors on the grounds that will become home to the new Cathedral dedicated to the Holy Spirit. The place was packed with a crowd of more than 11,000 people, with about 200 concelebrating priests including Fr. Flavio Peloso, Director General of the Congregation of the new bishop, which was founded by St. Luigi Orione. Also present were the local political authorities.
During the homily, the Apostolic Nuncio focused on the readings for the 14th Sunday in Ordinary Time and the ministry of the 70 disciples called to continue the mission of Jesus, bringing peace to the people. Archbishop Madtha, expressing his joy for the ordination and the installation of the third bishop of the diocese, where the evangelization of the Ivory Coast started 116 years ago, explained the ministry of the Bishop and his position in Church. He asked those present to pray for their bishop in the languages of Aboure, Agni, and N'zima.
After the liturgy, which lasted 4 and a half hours, the Apostolic Nuncio thanked Bishop Paul Dacoury-Tabely for leading the diocese for over 15 years, and expressed his gratitude to Bishop D'Ercole for his missionary ministry conducted in the Ivorian land for eight years. The new bishop, in his final address, thanked everyone, especially the Holy Father and the Congregation for the Evangelization of Peoples for the confidence placed in him and assured that the mission of evangelization in the diocese will continue with renewed zeal and dedication.


COSTA DE MARFIL – Ordenación episcopal del Obispo de Grand Bassam, Mons. Raymond Ahoua, FDP, FDP

Grand Bassam (Agencia Fides) – El domingo, 4 de julio, el Nuncio Apostólico Mons. Ambrosio Madtha ordenó al nuevo Obispo de la Diócesis de Grand Bassam, Mons. Raymond Ahoua, de la Congregación de los Hijos de la Providencia (Don Orione). Los dos co-consagrantes fueron Mons. Paul Dacoury-Tabley, Obispo emérito de Grand Bassam, y Mons. Giovanni D’Ercole, Obispo Auxiliar de L’Aquila. A la liturgia solemne, con la presencia del cardenal Bernard Agre, Arzobispo emérito de Abidján, asistieron 23 Obispos provenientes de diversos lugares del país, de Burkina Faso y de Italia.
Según la información enviada a la Agencia Fides, la ceremonia se celebró al aire libre en el terreno donde se construirá la nueva Catedral dedicada al Espíritu Santo. El lugar estaba lleno de una multitud de más de 11 mil personas, incluidos unos 200 sacerdotes concelebrantes como Don Flavio Peloso, Director General de la Congregación del nuevo Obispo, fundada por San Luigi Orione. También estuvieron presentes las autoridades políticas locales.
Durante la homilía, el Nuncio Apostólico se centró en las lecturas del 14 Domingo del Tiempo Ordinario y sobre el ministerio de los 70 discípulos llamados a continuar la misión de Jesús, llevando la paz a la gente. Mons. Madtha, expresando su alegría por la ordenación y la toma de posesión del tercer Obispo de la diócesis, en el lugar donde comenzó hace 116 años la evangelización de la Costa de Marfil, explicó el ministerio del Obispo y su posición en Iglesia. Pidió a los presentes a rezar por su Obispo en las lenguas Abouré, Agni y N’zima.
Después de la ceremonia, que duró cuatro horas y media, el Nuncio Apostólico agradeció a Mons. Paul Dacoury-Tabely por dirigir la diócesis durante más de 15 años, y expresó su gratitud a Mons. D’Ercole por su ministerio misionero llevado a cabo en la tierra de Costa de Marfil durante 8 años. El nuevo Obispo en su discurso final dio las gracias a todos, especialmente al Santo Padre y a la Congregación para la Evangelización de los Pueblos por la confianza depositada en él, y aseguró que la misión de evangelización en la diócesis continuará con renovado celo y dedicación.


CÔTE D’IVOIRE - Ordination épiscopale de l’Évêque de Grand Bassam, Mons. Raymond Ahoua, FDP, FDP

Grand Bassam (Agence Fides) – Dimanche 4 juillet, le Nonce Apostolique Mgr Ambrose Madtha a ordonné le nouvel évêque du diocèse de Grand Bassam, Mgr Raymond Ahoua, de la congrégation des Fils de la Providence (Don Orione). Les deux co-consacrants furent Mgr Paul Dacoury-Tabley, Évêque émérite de Grand Bassam, et Mgr Giovanni D’Ercole, Évêque auxiliaire de L’Aquila.
A la liturgie solennelle, en présence du cardinal Bernard Agré, Archevêque émérite d’Abidjan, ont participé 23 évêques venus du pays, du Burkina Faso et d’Italie. D’après les informations envoyées à l’Agence Fides, le rite a été célébré à l’extérieur, sur le terrain où sera érigée la nouvelle cathédrale dédiée à l’Esprit Saint. Le lieu était rempli d’une foule de plus de 11 mille personnes, dont environ 200 prêtres concélébrant parmi lesquels Don Flavio Peloso, Directeur Général de la Congrégation du nouvel Évêque, fondée par Saint Luigi Orione. Les autorités politiques locales étaient aussi présentes.
Durant l’homélie, le Nonce Apostolique s’est arrêté sur les lectures du 14ème dimanche du Temps Ordinaire et sur les ministère des 70 disciples appelés à poursuivre la mission de Jésus, en apportant la paix au peuple. Mgr Madtha, exprimant sa joie de l’ordination et de la mise en place du troisième évêque du diocèse, sur le lieu où a débuté l’évangélisation de la Côte d’Ivoire il y a 116 ans, a expliqué le ministère de l’Évêque et sa position dans l’Église. Il a demandé aux personnes présentes de prier pour leur Évêque dans les langues Abouré, Agni et N'zima.
Au terme de la cérémonie, qui a duré 4 heures et demi, le Nonce Apostolique a voulu remercier Mgr Paul Dacoury-Tabely d’avoir guidé le diocèse pendant plus de 15 années, et il a exprimé sa gratitude à Mgr D’Ercole pour le ministère missionnaire qu’il a effectué sur la terre ivoirienne durant 8 ans. Le nouvel Évêque, dans son intervention finale, a remercié tout le monde, en particulier le Saint Père et la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples pour la confiance qu’ils ont eu en lui, et il a assuré que la mission d’évangélisation continuera dans le diocèse avec un zèle et un investissement renouvelés.


COSTA DO MARFIM - A ordenação episcopal do Bispo de Grand Bassam, Mons. Raymond Ahoua, FDP, FDP

Grand Bassam (Agência Fides) – No domingo, de julho, o Núncio Apostólico Ambrose Madtha ordenou o novo Bispo da Diocese de Grand Bassam, Dom Raymond Ahoua, da Congregação dos Filhos da Providência (Dom Orione). Os dois co-consagrados foram Paul Dacoury-Tabley, Bispo de emérito de Grand Bassam, e Dom Giovanni D'Ercole, Bispo Auxiliar de L'Aquila. A solene liturgia, na presença do Cardeal Bernard Agré, Arcebispo emérito de Abidjan, contou com a participação de 23 bispos oriundos do país, de Burkina Faso e da Itália.
Segundo as informações enviadas à Agência Fides, o rito foi celebrado ao ar livre, no campo onde surgirá a nova Catedral dedicada ao Espírito Santo. O lugar estava repleto por uma multidão de mais de 11 mil pessoas, incluindo cerca de 200 sacerdotes concelebrantes entre eles Pe. Flavio Peloso, Diretor Geral da mesma Congregação do novo Bispo, fundada por São Luís Orione. Estavam presentes também autoridades políticas locais.
Durante a homilia, o Núncio apostólico se deteve na leitura da 14º domingo do Tempo Comum e sobre o ministério de 70 discípulos chamados a continuar a missão de Jesus, levando paz ao povo. Dom Madtha, expressando a sua alegria para a ordenação e a posse do terceiro bispo da diocese, no lugar onde iniciou 116 anos atrás a evangelização da Costa do Marfim, explicou o ministério do bispo e a sua posição na Igreja. Pediu aos presentes para rezar pelo seu bispo nas línguas Abouré, Agni e N'zima.
No final do rito, que durou 4 horas e meia, o núncio apostólico agradeceu Dom Paul Dacoury-Tabely por ter guiado por mais de 15 anos a diocese, e expressou a sua gratidão a Dom D'Ercole pelo seu ministério missionário realizado em terra marfinense durante 8 anos. O novo bispo em sua intervenção final agradeceu a todos, particularmente o Santo Padre e a Congregação para a Evangelização dos Povos pela confiança depositada nele, e garantiu que a missão de evangelização continuará na diocese com renovado zelo e dedicação.



ENTRETIEN AVEC MGR RAYMOND AHOUA, NOUVEL ÉVÊQUE DE GRAND-BASSAM

Depuis le samedi 27 mars dernier, le diocèse de Grand Bassam a un nouvel évêque en la personne de Mgr Raymond Ahoua. Il sera sacré le 04 juillet 2010 à la place Saint Esprit de Grand Bassam. Qui est l'homme ? D'où vient-il ? Comment est née sa vocation ? Quel est le parcours de cet homme de Dieu qui a entendu et accepté l'appel du Seigneur depuis le 14 juillet 1990 ? Quelles sont ses ambitions pour le diocèse de Grand Bassam ? Autant de sujets et bien d'autres qui nous ont poussé de façon exceptionnelle à aller à la rencontre d'un personnage affable, simple, débordant d'humour, d'énergie, ayant une pleine conscience de ses responsabilités. Il a accepté spontanément de nous recevoir sans aucune forme de protocole dans le somptueux cadre provincial des Fils de la petite œuvre Divine Providence (Don Orione) à N’Dotré (Route d’Anyama).

Commission-Communication: Comment vous sentez-vous Monseigneur ?
Mgr Ahoua : Je me sens bien dans ma peau en tant que prêtre et en tant qu'évêque nommé. Pour moi, il s'agit d'une vie ordinaire qui continue. Donc, je suis tout à fait à l'aise même si je me découvre au réveil de savoir que je porte l'espérance de toute une Eglise. Je découvre que j'ai été choisi comme Evêque.

C.C : Qui est Monseigneur Raymond AHOUA ?
Monseigneur : Je suis né à Bonoua en 1960. J'ai fait mes études primaires à Bonoua. J'ai grandi à Bonoua, j'ai appris à utiliser la machette, comme tout bon fils de paysan et j'ai grandi dans ce cadre là. Après, j'ai fait une formation professionnelle. Et sur le conseil de feu Monseigneur Laurent YAPI (paix à son âme), je suis rentré au séminaire. J'ai fait le séminaire des ainés à Dapaong au nord du Togo, pendant 04 ans au compte du diocèse d'Abidjan. A l'époque, c'était le grand diocèse d'Abidjan. Il n'y avait pas encore ceux de Yopougon et de Grand-Bassam. Après avoir été donc séminariste du diocèse d'Abidjan, je suis rentré chez les pères de Don ORIONE (congrégation).
J'ai fait mon Noviciat et après ma formation philosophique en Italie. De retour, j'ai fait le stage à la paroisse de Moossou (Grand-Bassam), puis je suis allé au Grand séminaire d'Anyama. En 1990, j'ai été ordonné prêtre. Et j'ai repris les études à l'UCAO. Après la Maîtrise canonique, j'ai été nommé Directeur du centre technique de Bonoua et Vicaire à la paroisse de ladite ville. Des années plus tard,on m'a appelé pour des cours à l'UCAO où j'ai dispensé des cours d'histoire du mystère du Salut et des cours du Nouveau Testament. En même temps, j'ai enseigné au consolât et au séminaire philosophique d'Abadjin-Kouté. J'ai fait cela jusqu'en 1996.
De 1996 à 1998, j'étais à Anyama chargé des jeunes séminaristes, ceux qui sont dans la dernière phase pour devenir prêtre. C'est en début d'année 1998 que j'ai rejoint le Kenya. Au Kenya, j'ai fait deux années en paroisse dans le diocèse de Moranga. Et après, on m'a rappelé à Nairobi. On m'a confié encore une fois la tâche de formation de nos candidats; il faut dire que tout cela se passe dans le contexte de la congrégation de Don ORIONE. Là aussi, j'ai fini mes études, j'ai fait le doctorat en théologie biblique à l'Université catholique de Nairobi.
J'ai passé tout ce temps aussi à enseigner le Nouveau Testament, disons toute la Bible. J'ai fait tout le parcours de la Bible à l'institut des missionnaires de la consolât. J'ai enseigné jusqu'en décembre dernier. C'est quand j'ai fini de corriger les copies que je suis rentré en Côte d'Ivoire, précisément, le 19 décembre dernier.
A partir de janvier, j'ai repris l'enseignement au CFMA (Centre de Formation Missionnaire d'Abidjan) qui se trouve à Abobo après le grand dépôt, carrefour d'Anonkoua-Kouté. Là, j'enseigne une partie du nouveau testament : La lettre aux hébreux et les épitres apostoliques. Je suis aussi professeur à l'ITCCJ (Institut de théologie catholique de la compagnie des Jésuites) qui se trouve à Angré extension. Là, j'enseigne la première partie de la Bible qu'on appelle le Pentateuque. Le vrai cours s'intitule " l'introduction à l'ancien testament et le pentateuque ". Et donc c'est ce que je vais continuer à faire jusqu'en Juin (Ndlr: l’interview a eu lieu au mois de mai 2010) . Ma vie se déroule d'une façon ordinaire à N'dotré où se trouve le scolasticat des pères de Don Orione. Je suis membre de l'équipe formatrice.

C.C : Alors Mgr, le petit Raymond Ahoua est issu d'une famille de combien d'enfants et quel rang occupe t- il parmi ses frères et sœurs ?
Mgr Ahoua : (Rires). Le petit Raymond est né d'une famille de beaucoup d'enfants. Mon papa était et est encore polygame; c'est l'occasion de dire qu'il n'est pas encore baptisé (n'en soyez pas choqués, c'est son choix et je le respecte jusqu'aujourd'hui même en étant évêque). Il avait quatre femmes, et ma mère était la deuxième. Avec ma mère, il a eu onze enfants, certains sont morts, moi j'occupe le sixième rang.

C.C : Quels étaient les projets et ambitions du jeune Raymond de l'époque?
Mgr Ahoua : Je dois dire que j'étais un grand travailleur au champ. J'étais quelqu'un qui avait des ambitions et des idées claires. A l'époque, on nous avait donné la chance de faire des choix pour avoir l'argent de poche. On le cherchait en travaillant soit avec la collecte des noix de cola ou des grains de palme ou bien un champ que papa nous a laissé. Il a dit que c'était le champ des étu-diants et des élèves. Tous ceux qui allaient à l'école devaient disait-il, entrer dans ce champ et tout ce qu'ils trouvaient étaient à eux. C'était stimulant. Face à tout cela, ma première vocation c'était de devenir un bon planteur parce que dans le champ il y'avait tout ce qu'il fallait pour moi et pour mon avenir. Et donc au moins par deux fois, j'ai arrêté les cours et puis j'ai repris un ou deux mois après.

C.C : Mgr, à quel moment votre envie d'aller au séminaire est- elle née ?
Mgr : L'envie d'aller au séminaire est née peut être d'une crise d'adolescence, une crise existentielle. Au centre technique de Bonoua où je suis entré à l'âge de 14 ans, mon premier projet était de continuer les études et de les finir en qualité d’architecte. J'avais les qualités et les capacités intellectuelles. Après, vu qu'à l'époque, c'étaient la SIACA et la SOCABO (deux sociétés d'ananas en pleine expansion à l'époque à Bonoua) et que cette ville se développait un peu, alors j'ai voulu devenir entrepreneur.
Mon idée a été d'être "freelance", quelqu'un qui travaille pour son compte, puisque j'avais appris avec mon papa à travailler dans les champs, à récolter et vendre pour moi-même et donc je voulais devenir entrepreneur. Et tout à coup, tout a basculé, tout a changé et moi-même je ne sais pas pourquoi un jour j'ai dit : " Je vais aller au séminaire" sans avoir aucune idée de ce qu'on appelle le séminaire. J'en ai parlé aux prêtres qui étaient là, ils m'ont regardé et ils ont haussé les épaules. Entretemps, je devais finir mon CAP en bâtiment, donc je l'ai fait et puis j'ai oublié un peu l'histoire du séminaire. Je suis allé travailler à Port-Bouët dans une entreprise. J'ai travaillé et après un an, j'ai décidé d'aller au séminaire.

C.C : Qu'est-ce qui a suscité ce retour à ce désir d'aller au séminaire? Une déception amoureuse ?
Mgr : NON !!! En fait, cela s'appelle en matière religieuse "vocation". Mais à l'époque, je n'avais aucun dictionnaire pour m'aider à définir ce qu'était la vocation. Je n'avais aucun autre repère pour m'aider à comprendre ce que c'était la vocation et donc c'est pourquoi je l'ai tout de suite attribué à une crise d'adolescence ou une crise existentielle. C'est là que le Seigneur est passé pour me faire comprendre qu'il m'appelait.

C.C : Vos parents, à cette époque, comment ont-ils réagi ?
Mgr : Mes parents ont très mal réagi puisqu'ils me connaissaient, ils savaient que j'étais capable de faire quelque chose, d'assurer ma vie, d'aider la famille et puis d'aller loin. Donc, ils ont été déçus par ce choix. Du côté de la famille, on dit : "tu n'auras pas d'enfants, tu ne vas pas nommer ton papa" etc. Ce sont des choses qu'on entend toujours. Je les ai entendues. Le drame encore c'était que quand Monseigneur Yapi Laurent (paix à son âme!) a envoyé les catéchistes et les prêtres vers mon papa, il les a repoussés. Sur ce, il a décidé de m'envoyer au séminaire des aînés au Togo. Il dit le plus loin possible en attendant que la tempête s'apaise. Et donc j'ai fait le Togo, je suis allé, je suis revenu deux fois pendant au moins trois ans comme en exil. Je pouvais rentrer à Bonoua, mais je ne pouvais pas rentrer en famille. Ça fait partie de l'histoire des vocations.

C.C : Monseigneur tout à l'heure, vous évoquiez la relation tendue que vous aviez avec votre père qui s'est opposé à ce choix que vous avez fait. Comment ce problème a été réglé ?
Mgr : Ce problème n'a jamais été réglé. Il y a eu des gens vaincus, qui ont été battus, qui n'ont pas gagné, c'est tout! Celui qui a gagné, c'est Jésus-Christ qui était derrière moi. Donc, c'est mon camp qui a gagné!!!( rires). Papa donc s'est un peu résigné, c'est tout. Je me souviens qu'il a fait payer certaines amendes à ceux qui étaient derrière moi d'une façon ou d'une autre.

C.C : Alors aujourd'hui encore avez-vous ces relations conflictuelles avec votre papa ?
Mgr : Non!!! Les choix ont été faits. Chacun fait sa vie. Ce n'est pas conflictuel. Ce sont des opinions différentes, des points de vue différents et puis des choix différents. Il ne s'oppose pas. Depuis quelques mois avant mon ordination, il ne s'est plus opposé parce qu'il s'était rendu à l'évidence. Mais si on lui demandait de choisir pour moi, je ne sais pas s'il choisirait le sacerdoce. Je ne lui ai jamais posé la question.

C.C : Quand vous dites qu'il s'est résigné, vous avez des contacts avec votre papa ?
Mgr : J'ai des contacts avec mon Papa. Vous savez, la vie c'est un choix de valeur. Quand tu es convaincu de tes valeurs et que ce sont tes valeurs qui te rendent heureux à moins que tu te rendes compte que c'est une erreur, tu continues avec. Mon père a 92 ans. Il a grandi dans le contexte où la valeur en société Akan est une grande plantation, une grande famille et de nombreux enfants. Donc, si vous allez ajouter le célibat, le manque d'enfants, le manque de salaire qui ne lui convient pas. Il a le droit de s'y opposer, d'avoir une opinion différente. J'appellerai cela une question de tolérance, c'est tout.

C.C: Monseigneur, vous avez évoqué le souvenir de Monseigneur Joseph Akichi qu’est ce que vous avez gardé de lui ?
Mgr : Monseigneur Akichi, je l'ai connu en Italie, quand il était déjà évêque du diocèse de Grand-Bassam. Et le premier contact, c'est la simplicité et le sourire. Je l'ai vu, je crois deux ou trois jours avant qu'il ne soit rappelé à Dieu, au CHU de Treichville. J'ai rencontré sur son visage la même simplicité, la même sérénité et surtout le même sourire. C'est un homme qui a souri à Dieu, qui a souri aux autres, souri à la vie, c'est ce qu'on appelle un homme des béatitudes.

C.C: Mgr, depuis quelques semaines, vous êtes connu comme l'évêque nommé du diocèse de Grand Bassam. Comment vous avez vécu cette nomination ?
Mgr : Je peux résumer cette nomination en un seul mot, " surprise ", “surprise” du fait que je suis religieux, du fait que depuis quelques années j'ai servi à l'extérieur surtout au Kenya et donc revenir du Kenya en décembre 2009 et être nommé évêque de Grand-Bassam en mars 2010, cela a créé beaucoup de surprise en commençant par moi.

C.C : Est-ce que ce niveau de responsabilité ne vous fait pas peur ?
Mgr : Bon! le travail en tant que tel, je ne le connais pas. Je dois apprendre à devenir évêque tout comme j'ai appris à devenir prêtre et à exercer la prêtrise. Quand le moment viendra, je vais me mettre à l'école de cette responsabilité; je vais apprendre disons sur le tas avec l'Esprit Saint. Je vais compter sur mes qualités, les dons de Dieu et puis sur le concours des autres. Je n'ai pas peur.

C.C : Alors quels sont les rapports que vous avez avec l’évêque émérite du diocèse de Grand Bassam, Mgr Paul Dacoury-Tabley?
Mgr Ahoua : Je reconnais que Mgr Paul Dacoury-TABLEY était mon professeur, il était mon Evêque alors que j'appartenais au grand diocèse d'Abidjan et donc nous avons fait beaucoup de chemin ensemble. Il me connaît, je le connais. Et c'est quelqu'un qui a laissé ses traces et donc c'est un rapport de continuité avec lui, de docilité par rapport à ce qu'il a fait et aux dossiers qu'il laisse.

C.C : Quelle sera votre première action à partir de ce moment, du 04 juillet 2010 ?
Mgr : Sourire à Dieu et sourire à mes frères.

C.C : Mgr, quel message pouvez-vous adresser aux prêtres et aux laïcs du diocèse de Grand-Bassam ?
Mgr : Aux prêtres, je leur tends les deux mains pour travailler ensemble, mais surtout pour marcher ensemble comme disciples du Christ. Ma devise sur les armoiries c'est "consacre-les dans la vérité " (Jean 17,17) et il n'y a qu'une seule vérité, la vérité sacerdotale. L'épiscopat est une partie du sacrement de l'ordre et donc qu'on vive ensemble cette réalité et qu'on marche ensemble à la suite du Christ. Pour les fidèles du diocèse de Grand-Bassam, je répète ce que j'ai dit ailleurs, je suis ouvert à Dieu et je suis ouvert à l'homme.
Aujourd'hui, nous avons des défis à relever, ce sont les défis de la société. Vous voyez, il y a des jeunes qui sont nés et qui ont grandi pendant la guerre, pendant la crise. A l'époque, ils avaient dix ans, maintenant ils ont vingt ans. C'est une nouvelle génération qu'il faut comprendre. Une génération qui a des exigences, à qui nous devons donner un témoignage de vie responsable, des réponses chrétiennes aussi qui puissent les aider à avancer d'une façon sereine et à voir le futur en souriant. Nous avons eu la chance, nous avons été gâtés par l'histoire, par le contexte dans lequel nous avons grandi, mais il faut qu'on leur donne aussi des chances meilleures.
Aux chrétiens du diocèse de Grand-Bassam, je leur tends une main, parce qu'en face d'eux, ils ont un pasteur qui veut oeuvrer pour l’annonce de la Bonne Nouvelle. L'autre main, je la tends à Dieu pour travailler ensemble et marcher ensemble, surtout pour donner des réponses à nos frères, à nos sœurs, à nos jeunes, et à nos enfants.

C.C : Monseigneur, merci infiniment de nous avoir consacré de votre temps. Que le Seigneur vous accorde un épiscopat fécond. Les fidèles laïcs vous accompagnent de leurs ferventes prières.
Mgr : Merci de tout cœur ! J'ai eu du plaisir à communiquer avec vous.


Ont participé à cette interview Paul DINDE, Herbert KEITA, Jean MELSEAUX, Alfred AGNERO, Angèle TUHO, Richard DIBI, François LOKO et Père Basile DIANE. DFP

15 Gennaio 2018
Giornata Missionaria Orionina 2018
CONVEGNO MISSIONARIO ORIONINO, 4 Luglio 2017
“Tutti siamo discepoli missionari” (EG 119). La conversione missionaria dell’Orionino.
3 Febbraio 2017
Giornata Missionaria Orionina 2017
MENU RAPIDO Credits
Help & Feedback
Help
Frequently Asked Questions
Invia una richiesta
Informativa Privacy
Cookies
Altre lingue
Contenuti più visitati
Contattaci
Link della Congregazione
Figli della Divina Provvidenza
Don Orione oggi
Don Flavio Peloso
VATICANO: In visita alla Casa di Santa Marta, sede
Stemma e simboli
Siti amici
Piccole Suore Missionarie
Istituto Secolare Orionino
Movimento Laicale Orionino
Servizio Esperti Volontari
ENDO-FAP
Il Papa e la Santa Sede
Contatti
Come contattare la Piccola Opera nel mondo
© 2011-2016 Piccola Opera della Divina Provvidenza - Diritti Riservati Termini di utilizzo Privacy Policy